Actualités

FARIO

Long-métrage de fiction

de Gérard Jumel

Voir la page

Un poète en Amazonie

César est poète et il a tout pour déplaire à Jair Bolsonaro, le tout nouveau président du Brésil. César anime un café de la poésie à Rio Branco en plein coeur de l’Amazonie. Depuis de nombreuses années, il défend  la forêt amazonienne et ceux qui y vivent. Depuis les dernières élections, César n’est plus tranquille, les images et les discours de Jair Bolsonaro le poursuivent.

César défend depuis de nombreuses années la forêt amazonienne et ses habitants, comme les communautés indiennes et les travailleurs pauvres qui recueillent le latex. Cette partie de l’Amazonie est un sanctuaire de la biodiversité et du développement durable reconnu mondialement. Mais, depuis les dernières élections, César est inquiet. Toutes les mesures décidées par Jair Bolsonaro convergent vers le même objectif : céder ce territoire aux grands industriels pour exploiter toutes les richesses disponibles.

Alors, dans un acte de résistance, il écrit des poèmes et va à la rencontre des autres visiter les habitants de la forêt particulièrement isolés avec une question qui l’obsède :

Comment le Brésil en est-il arrivé là ?
À travers le parcours de César, nous essaierons de comprendre comment le Brésil est en train de basculer dans une société totalitaire. Avec les personnages et les mots de la poésie qui vont traverser le film, nous serons également au centre d’une résistance pacifique face aux forces d’un populisme aveugle conduisant au fondamentalisme et à la violence.

Un documentaire écrit et réalisé par José Huerta

Né sous un autre soleil

De parents français, je suis né sous un autre soleil, celui du Maroc, au moment de l’indépendance. La présence de ma famille couvre les 44 années du protectorat français de 1912 à 1956.

À partir de mon histoire familiale et d’une investigation historique, je souhaite évoquer cette période mal connue. Mais, en remontant ainsi sur mes origines de Français né au Maroc, je souhaite comprendre comment s’est opéré le glissement de cette période coloniale à la situation d’aujourd’hui entre nos deux cultures.

Un documentaire écrit et réalisé par Gérard Jumel

Intéressé, nous demander le code d’accès.

Un château en Chine

“La culture française rêvée par les Chinois”

Aujourd’hui, les entrepreneurs chinois qui se sont enrichis, souvent grâce à l’immobilier, réinvestissent leur fortune dans les domaines du vin, des parfums et de la mode vestimentaire, tout un pan de la culture française.

Cet intérêt pour ces produits typiquement français est en train de devenir un élément important de la nouvelle économie chinoise.
Mais comment, un pays comme le nôtre, peut-il influencer à ce point l’un des plus grands peuples dans sa civilisation plusieurs fois millénaires ?
Quelles sont les raisons véritables de cet engouement pour notre vision du monde ?

Il y a d’un côté, un rêve chinois qui est en train de se réaliser, l’appropriation d’un imaginaire français, comme ce château renaissance construit au nord de Pékin et de l’autre, des investissements purement capitalistes venant de ce pays toujours communiste, comme ces entrepreneurs qui rachètent nos châteaux dans le Bordelais ou en Bourgogne, le dernier en date étant le château de Gevrey Chambertin.
Consommer du vin est pour la classe moyenne chinoise la marque distinctive de la modernité. Quant aux riches Chinois, voire richissimes, ils investissent à l’heure actuelle dans les vignes comme on s’achetait au 19ème siècle un titre de noblesse. Le vin représente un symbole fort de réussite et d’intégration dans un monde ou seuls les connaisseurs appartiennent à une caste de privilégiés. Il est un sésame, la porte qui permet d’entrer dans ce nouveau monde et dont la clé se trouve en France. En effet, la culture française apparaît comme le sceau d’une garantie de qualité et de prestige.

À travers ce prisme du vin, il s’agit donc de faire se rencontrer deux mondes, deux pôles opposés comme sur des aimants, mais des aimants qui sont en train de changer de position.

un projet de documentaire de 52′
de Gérard Jumel 

1er montage
correspondant à une partie du futur film